Image

AU MOINS 600 PERSONNES TUEES AU NORD DE L’ETHIOPIE

C’est au cours du massacre atroce perpétré par des miliciens tigréens à mai Kadra, localité du Tigré que près de 600 personnes de cette région dissidente du nord de l’Ethiopie ont été tués.

Dans le conflit opposant le gouvernement fédéral éthiopien et le gouvernement régional du Tigré, il est fort probable que des centaines de personnes de ce bilan malheureux soit des civils a indiqué une institution publique indépendante Ethiopienne.

Le premier ministre Ethiopien Abiy Ahmed a ordonné le jeudi 26 novembre à l’armée de lancer l’offensive finale contre les autorités dissidentes du Tigré à Mekele, capitale de cette même région du nord de l’Ethiopie.

Par ailleurs, à l’orée de la quatrième semaine d’offensive militaire contre le TPLF (Front de la libération du peuple Tigré), Abiy Ahmed Fait face à des pressions de l’ONU et de plusieurs pays inquiets des conséquences sur les civils et avait invité les forces du TPLF qui gouverne cette région du nord à déposer les armes ; faute de quoi l’armée donnerait l’assaut à Mekele son chef-lieu.

Signalons que pour l’heure il est impossible de vérifier les affirmations des deux camps, à cause des liaisons téléphoniques et internet avec le Tigré qui ont été coupées et l’accès strictement interdit dans cette région grièvement contrôlé.

Aujourd’hui on estime que 36 000 personnes ont déjà émigrés vers le soudan, voisin proche, depuis le début du conflit. D’ailleurs dans la région de Hamdayit, bon nombre d’habitants se mobilise pour accueillir les réfugiés. Une tendance qui risque de toucher l’économie du soudan déjà désastreuse.